Un lycée presque centenaire

(actualisé le ) par Administrateur

Naturellement, pendant cette longue période, le lycée n’a pas connu que des triomphes ! Comme tous, il a été pris dans la tourmente des « événements » de mai-juin 1968. Il est néanmoins significatif d’une tradition de tolérance maintenue contre vents et marées, et d’une vie du lycée quasi familiale, que, fait rare et peut être unique, l’Amicale des professeurs (et de tout le personnel), fondée par Pierre Carpentier, l’angliciste dont la mémoire reste vivante, ait pu tenir sa fête annuelle, impavide, au début de juin. Certes, les « extrémistes » des deux bords n’étaient pas là ; mais qu’une majorité soit venue, ceux qui faisaient la grève et ceux qui ne la faisaient pas, révèle bien un certain esprit de Pasteur que l’on peut espérer préservé

Les bâtiments de Umbdenstock n’ont guère changé, si l’on excepte la regrettable démolition, pendant la guerre, des deux escaliers de pierre qui unissaient le bâtiment central aux deux terrasses des gymnases. Bien sûr, les installations intérieures n’ont pas cessé d’être modernisées, notamment celles des sciences physiques, de l’informatique et des sciences de l’ingénieur, qui en avaient grand besoin et sont aujourd’hui à « la pointe du progrès ». Des laboratoires de langues ont aussi été créés. Enfin, sous la direction de Mme le proviseur Podvin et de M. l’intendant Daniel on a assisté ces toutes dernières années à une refonte complète, en sous-sol, pour la création du self-service ; de la place a été gagnée par la couverture de la petite cour des sciences naturelles : comme le Grand Louvre lui-même, le lycée Pasteur peut se vanter d’avoir sa « pyramide » !

Le lycée Pasteur a fêté en grande pompe son cinquantenaire en 1964, puis son soixante-quinzième anniversaire en 1989 ; il se dirige maintenant allègrement vers le centenaire : souhaitons que, pendant tout ce temps, tout en s’adaptant et en évoluant sans cesse, il sache rester lui-même et garder son âme.