Louis Pasteur

(actualisé le ) par Administrateur

Louis Pasteur, né à Dôle dans le Jura le 27 décembre 1822, grandit à Arbois où son père s’était installé en 1825 pour exploiter une petite tannerie. Il passa son baccalauréat, en 1840, à Besançon. En 1843, il fut admis à l’École normale supérieure. En 1846, une fois ses études terminées, nommé préparateur de physique à l’École, il commença des recherches de cristallographie qui, par leur qualité, lui assurèrent bientôt la notoriété.

En 1848, il fut nommé professeur suppléant de chimie à la faculté des sciences de Strasbourg puis professeur titulaire en 1852. En 1849, il avait épousé Marie Laurent, fille du recteur de l’académie. En 1854, il fut nommé doyen de la nouvelle faculté des sciences de Lille qu’il eut mission d’organiser.

Nommé administrateur de l’École normale supérieure et directeur des études scientifiques en 1857, il occupe ce poste jusqu’en 1867, date à laquelle il obtient la chaire de chimie de la faculté des sciences de Paris qu’il devait occuper pendant huit ans, de 1867 à 1875. En 1868, il fut nommé directeur de laboratoire de chimie physiologique à l’École des hautes études. Ses travaux sur les fermentations, sur la génération spontanée, sur les maladies des vins et des vers à soie lui valurent dès cette époque une réputation universelle et, en 1862, l’Académie des sciences l’élut membre de sa section de minéralogie. Les distinctions honorifiques et les récompenses se succédèrent dès lors sans interruption.

En 1877, il aborde les problèmes que posent les maladies contagieuses des animaux supérieurs et de l’homme, le charbon, la septicémie, le choléra des poules, la rage. Il découvre les virus et les vaccins. En 1888, au lendemain de la découverte du vaccin contre la rage, fut fondé, à Paris, l’Institut Pasteur.

En 1881, Pasteur fut élu membre de l’Académie française en remplacement de Littré et, en 1887, l’Académie des sciences le nomme secrétaire perpétuel. Mais sa santé avait été gravement altérée par une hémiplégie qui l’avait frappé en 1868, au cours de ses recherches sur les vers à soie ; il ne put conserver longtemps les fonctions absorbantes de secrétaire perpétuel et il s’en défit dès 1889.

Le 27 décembre 1892, le jubilé de ses 70 ans fut célébré solennellement à la Sorbonne, en présence du chef de l’État, des cinq Académies et de nombreuses délégations. Il continua jusqu’en 1894 de fréquenter l’institut qui porte son nom et dont il était directeur, mais la maladie l’emporta le 28 septembre 1895 et il succomba à Villeneuve-l’Étang, dans la propriété domaniale que le gouvernement avait mise à sa disposition pour ses expériences antirabiques. Il eut à Notre-Dame, le 5 octobre, des funérailles nationales.

En 1912, le conseil municipal de Neuilly décida de donner au lycée, à la veille de sa construction, le nom de Pasteur et celui-ci fut inscrit au fronton du bâtiment principal. Le lycée fut inauguré après la guerre, en 1923, l’année des célébrations du centenaire de Louis Pasteur.